États-Unis festivals et carnavals ! louisiane New Orleans

New Orleans, part. 2 : Mardi Gras Indians

mardi-gras-indians

Une des raisons qui a motivé notre séjour à la Nouvelle-Orléans en plein Mardi Gras était de voir les Indiens. Personnellement, c’était d’ailleurs ma raison principale. (see for English below)

J’étais totalement fascinée par ces épisodes de la série Treme où l’on voit le Big Chief Albert Lambreaux dessiner et réfléchir son costume, en choisir plumes et perles, les assembler en motifs pendant des heures. Une année de labeur, des milliers de dollars dépensés, un costume (« the suit ») pesant quelques dizaines de kilos. Mais aussi la rivalité entre les différentes tribus pour déterminer « Who’s the prettiest ? » des Big Chiefs et leurs trois jours officiels de sortie : Mardi Gras, Saint Joseph (19 mars) et le Super Sunday (le dimanche le plus proche de la Saint Joseph).

mardi-gras-indians-illustration

Mais il est également possible de tomber par hasard sur des Indiens, et nous avons eu cette chance, en plein Vieux Carré et sous le soleil, quelques jours avant Mardi Gras. Ces deux Chiefs accompagnaient la marche de la fanfare de la Kipp McDonogh Middleschool. Nous les avons suivis jusqu’à l’école, un peu hallucinés par notre chance.

mardi-gras-indians-01 mardi-gras-indians-03 mardi-gras-indians-04

La tradition des Mardi Gras Indians, qui revêtent des costumes inspirés des tenues cérémonielles, est un hommage et une marque de respect des Afro-Américains envers les Amérindiens. Une longue histoire lie les deux communautés, opprimées par la ségrégation, et les esclaves qui réussissaient à s’échapper étaient souvent accueillis par les communautés amérindiennes locales.

carte-cultural-museum

Ce qui semble fou, c’est que les musées « officiels » ne conservent pas ces costumes. Heureusement, des initiatives privées ont permis de palier en partie à ce manque, même si on souhaiterait voir ce pan de culture présenté officiellement et fièrement. Le Backstreet Cultural Museum  (1116 Henriette Delille Street), de Sylvester Francis, qui a documenté pendant des années les événements de la communauté en photos et super 8, s’est installé à partir de 1999 dans un ancien funérarium du quartier Treme. Sylvester a constitué un fond remarquable grâce aux donations, et la visite vaut vraiment le détour !

backstreet-museum-04 backstreet-museum-03 backstreet-museum-02

Il y a également House of Dance and Feathers, dans le Lower Ninth Ward (1317 Tupelo Street), quartier tristement célèbre à cause de Katrina. C’est une des zones qui a été la plus touchée par l’inondation qui a suivi la rupture des digues après le passage de l’ouragan. Ronald W. Lewis, figure impliquée dans la vie sociale et culturelle de son quartier et de sa communauté, a installé en 2003 son musée chez lui. L’histoire veut que sa femme Minnie en ait eu assez de voir perles et plumes étalées partout dans la maison lorsqu’il préparait les costumes, et lui aurait suggéré « fermement » de s’installer dans l’arrière-cour… Depuis, le « backyard » est devenu un lieu d’échange et de transmission de la culture des Mardi Gras Indians. Remercions Minnie :)
En revanche, pour le visiter, n’oublier pas d’appeler préalablement pour savoir quand Ronald peut vous accueillir !

Ces deux lieux vous permettront de découvrir cette tradition fascinante, même si vous voyagez hors des dates de sortie des Indiens, ou si vous les ratez le jour de Mardi Gras… ce qui sera le sujet d’un prochain billet ;)

One of the motivating causes of this trip to New Orleans in full swing Mardi Gras was to see the « Indians ». Personally, it was my principal reason. I was fascinated by the episodes of the series Treme where we see the Big Chief Albert Lambreaux draw out and reflect on his suit, picking his feathers and beads, assembling them in motifs over hours. One year of work, thousands of dollars spent, a suit (“THE suit”) weighing quite a bit. It is also the rivalry between different tribes in order to pick out “Who’s the prettiest?” out of the Big Chiefs, and their three official days to go out: Mardi Gras, St. Joseph’s Day on March 19th, and Super Sunday (the Sunday the closest to St. Joseph’s Day).

It is equally possible to run into Native Americans by chance, and we had such luck in the middle of the French Quarter under the sun, just some days before Mardi. These two Chiefs were accompanying the march of the fanfare for the Kipp McDonogh Middleschool. We followed them all the way to the school, hallucinating with our own luck.

The tradition of the Mardi Gras Indians, who don costumes inspired by ceremonial outfits, is an homage and a mark of respect of African Americans toward the American Indians. A long history connects these two communities, both oppressed by segregation, and before emancipation the local communities of American Indians often received the slaves who succeeded in getting away. 

What seems a little crazy is that the “official” museums, those of the state and the city, do not conserve these outfits. Thankfully, however, private initiatives have started to reply to this lack, even if one would like to see this part of the culture proudly and officially represented. The Backstreet Cultural Museum (1116 Henriette Delille Street), of Sylvester Francis, who documented over years the events within the community in photos and on super 8, moved into an old mortuary in the Treme neighborhood after 1999. Sylvester established a remarkable collection through donations, and the visit was worth the detour!

There is also the House of Dance and Feathers, in the Lower Ninth Ward (1317 Tupelo Street) – a neighborhood that sadly owes its celebrity to Hurricane Katrina. It is one of the zones most affected by the floods that followed the breaking of the levees after the hurricane. Ronald W. Lewis, an important figure in the social and cultural life of his neighborhood and community, set up a museum in his home in 2003. The story goes that his wife Minnie had had enough of seeing the bead and feathers spread about the house when Ronald prepared his garbs, and suggested “firmly” that he move into the backyard… Since then the “backyard” has become a known locale of exchange and transmission of the culture of the Mardi Gras Indians. Our thanks go to Minnie ☺

However, for the visit, do not forget to call in advance to find out when Ronald can accommodate you!

Both sites allow you to discover this fascinating tradition, even if you travel outside the special Native procession dates or if you miss the day of Mardi Gras…, which will be the subject of a future post ;)

You Might Also Like

8 Comments

  • Reply
    Marie
    29/04/2014 at 8 h 42 min

    Qu’ils sont beaux ces indiens ! J’en ai beaucoup rêvé de les voir, mais malheureusement nous n’avons pas eu ta chance, je me console encore un peu devant Tréme, et me dis qu’il faudra que j’y retourne pour la Saint Joseph (et le jazz fest aussi, NOLA à beaucoup à offrir !).

    • Mzelle-Fraise
      Reply
      Mzelle-Fraise
      12/05/2014 at 11 h 22 min

      Oui, il y a beaucoup de fêtes et de festivals, et le Jazz Fest est vraiment formidable aussi !

  • Reply
    mimi
    01/05/2014 at 19 h 16 min

    Magnifique!

    • Mzelle-Fraise
      Reply
      Mzelle-Fraise
      12/05/2014 at 11 h 22 min

      Ils sont si beaux ^^

  • Reply
    Mardi Gras Indians | Mzelle-Fraise blog illustrationMzelle-Fraise blog illustration
    12/05/2014 at 11 h 31 min

    […] comme ceux que j’ai pu admirer à la Nouvelle-Orléans. Et je vous en parle par ici […]

  • Reply
    New Orleans, part. 3 : Brass Bands - Vagabonderie blog voyage
    12/05/2014 at 15 h 37 min

    […] jour où nous avons vu des Indiens dans le « Viou Cawé » (avec l’accent de la Nouvelle-Orléans !), ils […]

  • Reply
    BAYOU
    27/02/2015 at 8 h 34 min

    Bonjour,
    Nous rentrons du carnaval 2015 de New-Orleans.
    Nous aussi, la série Treme nous a donné envie d’en savoir plus sur les Mardi-Gras Indians.

    Je termine le récit de notre voyage à NOLA pour Mardi-Gras 2015 qui sera bientôt en ligne sur http://voyagevoyage.blogspirit.com/
    Nous avons rencontré la mère et la soeur du Big Chief Harrison lors de notre visite au petit musée que la famille a ouvert.
    http://www.guardiansinstitute.org/
    Heureux de voir que d’autres aiment ces gens et leurs coutumes !

    • Mzelle-Fraise
      Reply
      Mzelle-Fraise
      02/03/2015 at 18 h 46 min

      J’ai hâte de lire votre récit ! Mardi Gras à la Nouvelle-Orléans est vraiment une expérience étonnante :)

    Leave a Reply